Kinshasa: Edingwe en colère par une question tabasse le journaliste,..CONGOMIKILI

les stars congolaise commencent à imitter les stars occidentales

CONGOLESE ACTION YOUTH PLATFORM Blog

View original post

Publicités

Les bonnes routes, est-ce un droit ou un privilège pour la population de Goma?

La ville de Goma est l’une des importantes villes de la République Démocratique du Congo, capitale de la province du Nord-Kivu, elle a été nommée aussi capitale touristique de la RDC….cette ville méritent vraiment d’être qualifiée de touristique ? D’après moi, la ville n’a pas encore rempli toutes les qualités d’une ville touristique, pas de sécurité, pas des bonnes routes, pas d’eau et d’électricité pour la grande partie de la population,…Au 21eme siècle, il est honteux de se taper la poitrine juste pour avoir construit une route pour sa population.

09042013(003)  08042013(012)

 

 

 

 

Nous sommes en 2013 mais la grande partie des routes de Goma n’est pas asphaltée, et celles qui sont asphaltées les sont depuis environ 3 ans, ne représentant que 30% des routes de la ville et leurs état actuel laisse à désirer….Mais il y a bientôt 6 mois que les travaux de construction de la route qui relie Goma à la cite de sake, mais pendant tous ces temps les travaux sont suspendus à maintes reprises pour des raisons que la population ignore.

08042013(010) 08042013(004)

Ces travaux sont exécutés par une entreprise chinoise du nom de TRAMINCO, mais la société civile se demande comment est-ce que cette entreprise a pu décrocher ce grand marché pourtant elle ne semble pas être à la hauteur de bien faire les choses… dans six mois l’entreprise n’a pas encore construit 3km…une question qui doit avoir une réponse un jour…

Les responsables de ladite entreprise ne savent pas convaincre la population sur les vraies raisons de la lenteur affiche dans leurs travaux. Ils avancent des raisons qui ne tiennent pas debout. Mais on le sait tous. c’est une entreprise qui a commencé à acheter des engins avec lesquels travailler juste quand elle a décroché le marché. Cela est du fait même que c’est quelques mois après qu’elle a commencé les travaux qu’elle a monté sa petite usine pour produire le bitume sur place à Goma.  Mais malgré cela rien ne va.

La population voyant les travaux aller avec lenteur, elle se révolte des temps a temps et revient au calme après…compte tenu de ce retard, les autorités ont permis seulement aux piétons de passer par la même route car la population s’était plaint de faire des détours dans les quartiers car selon la configuration de la ville, sans cette route toute une grande partie est enclavée…

La population de la ville de Goma ne sait à quel sein se vouer car la route en pleine réhabilitation est la seule et principale route de la ville de Goma…les propriétaires des voitures sont oblige de passer par les chemins du quartier qui sont ce qu’elles sont avec une ville qui est construite sur un rocher. Les parties qui ne sont pas asphalte contiennent des flaques d’eau quand il a plu et on ne sait vraiment pas circuler comme il le faut.

La population de Goma avec un regard admiratif des travaux de construction des routes

   La population de Goma avec un regard admiratif des travaux de construction des routes

Est-ce une faveur pour la population d’avoir des bonnes routes ou c’est un droit ?  Mais quand on a pas ce qu’on aime, on se constate de ce qu’on a, car la population observe avec un regard admiratif l’avancement  a pas de tortue des travaux de construction de la dite route.  Mais nous tenons à féliciter la population de Goma sous l’encadrement de la société civile, car elle est en train de mettre la pression sur les autorités et sur ladite entreprise pour que les travaux une fois arrêtés puissent reprendre et cela en organisant des journées villes mortes et des marches pacifiques….

Cet article je l’ai écrit il y a une année et quelques mois, j’étais très émotionné au moment de sa rédaction que je doutai même de ma neutralité dans mes analyses et je l’avait déclassé. Une année après, le chantier de construction de cette route arrêter, je réalise que j’avai raison de gratter ces quelques lignes, non professionnelles qu’elles soient. aujourd’hui;hui, je ne sais pas encore les raisons qui on fait a ce que la route goma-sake ne soit pas construite.

Blaise NDOLA

Bujumbura: Au marché de Kinindo, les enfants se débrouillent comme ils peuvent

Des enfants qui exercent des petits commerce au sein du marche de Kinindo a Bujumbura

Des enfants qui exercent des petits commerce au sein du marche de Kinindo a Bujumbura

A Bujumbura, le marché de Kinindo se trouve dans le quartier du même nom. Un marché mouvementé par des allers et retours de clients et commerçants mais avec une particularité : une présence massive des enfants dans les allers et dans les stands.

J’ai fait un tour du marché en milieu de la journée en observant les catégories des personnes qui s’y trouvaient. Je constate qu’il y avait un flux important d’enfants au sein du marché en ce moment où ils sont supposés être à l’école ou en train de se préparer pour y aller.

La survie ou la mort ? Ils ont choisi de survivre eux.

La plus part de ces enfants faisaient des petits commerces seuls. D’autres accompagnés des commerçants adultes. Lisant sur les visages de ces enfants, j’ai pu remarquer deux signes : certains semblaient être heureux et d’autres pas.

Un enfant au teint noir, élancé, avec un pantalon bleu et un bassin des crêpes à la main sur un croisement de deux ruelles. Il me dit : « Moi je suis orphelin, si je ne travaille pas, je mourrai de famine ». Un autre. Taille moyenne, t-shirt kaki. Son histoire ? Orphelin de père et de mère, obligé d’arrêter les études faute des moyens financiers. Il décide de travailler pour survivre. Il me dit qu’il y a aussi d’autres enfants qui quittent le village et viennent se débrouiller en ville.

Un autre plutôt m’a impressionné. Yeux bleu, chemise mauve et courte taille avec environ 15ans avec un bassin contenant des beignets sur la tête. Son histoire ? Il quitte l’école à 11 ans. La raison? Il n’arrivait pas à avoir la moyenne des notes à la fin de l’année. Il décide alors de se lancer dans la vie active.

Un enfant mendiant au milieu du marche de kinindo

Un enfant mendiant au milieu du marche de kinindo

Une autre catégorie d’enfants était des mendiants.  Ils étaient assis sur des croisements des ruelles du marché pour demander de l’argent aux passants. Ils avaient un ère misérable et une attitude de désespoir. Sans souliers pour la plus part, habits sales, peau très fonce. Voilà à quoi ressemblaient ces enfants.

Tous les enfants ont droit à l’éducation. Mais lorsque celle-ci n’est pas assurer, ils font tout pour survivre d’une  ou d’une manière ou d’une autre. L’un d’eux me dira : « donne-moi de l’argent et je vais aller à l’école ».  La fréquence des enfants travailleurs dans ce marché est un élément très remarquable pour tout observateur averti.

Blaise Ndola

Vers la #BloGlacs

Image

Après un long voyage plein des bonnes et mauvaises surprises depuis Goma, Bukavu et Uvira, nous voici en fin arriver de l’autre côté dans la capitale de la République du Burundi; Bujumbura à 17h00 (heure locale) avec nos collègues venus de Goma tous pour cette conférence qui est l’initiative de la radio Netherland Worldwide (#BloGlacs).

Pendant notre route pour le Burundi, Le  beau paysage de la plaine de ruzizi

La riviere ruzizi dans sa beauté Pendant notre route pour le Burundi, Le beau paysage de la plaine de ruzizi

La conférence débute demain matin, c’est-à-dire le jeudi 13 février 2014, mais déjà aujourd’hui l’accueil nous réserver par le personnel de la Radio présents à Bujumbura pour la cérémonie était chaleureuse.

Après cet accueil, nous avons dîner avec d’autres collègues de Bukavu, et de Kigali tout en prenant déjà contacts jusque un peu tard dans la soirée pour ainsi bien démarrer les travaux demain.  La conférence va durer 3jours et on espère que tout va bien se passer et que nous allons beaucoup apprendre dans ce domaine du Blogging et ainsi se perfectionner. J’aurai à faire un briefing chaque soir des activités de la journée et ainsi vous pourrez suivre même à distance l’essentiel de ce qui se passe ici à Bujumbura dans le king’s Conference Center ici sur mon blog ou sur twitter. A suivre….

Et Vital Kamerhe ne sera pas a Goma ce vendredi 07 fevrier 2014

Le Podium vide

Le Podium vide

De l’autre cote à Goma au stade Afia, le Charismatique Vital Kamerhe est attendu par la population pour un meeting dans la mi-journée. Vers 9heures (heure locale), le stade à moitié plein, podium déjà bien rangé, le dehors de l’aéroport international de Goma inondé par des sympathisants de l’Union pour la Nation Congolaise; parti cher à Vital Kamerhe et on pouvait apercevoir des drapelets de l’UNC sur les motos, bus et camions.

14heures (heure locale), la population s’impatiente, certains quittent déjà le stade sans savoir exactement ce qui cause le retard du visiteur. Plusieurs rumeurs couraient déjà depuis le matin sur le déguerpissement de Vital Kamerhe de son bureau officiel, un possible débarquement de ce dernier des avions des certaines compagnies aérienne après une éventuelle interdiction du vol de son avion avec sa suite, etc.

Le stade se vide deja, la population est impatiente et a l'ecoute des rumeurs

Le stade se vide déjà, la population est impatiente et a l’écoute des rumeurs

Il faudra attendre Mr Richi, le Secrétaire particulier de Vital Kamerhe pour avoir la version officielle de l’Absence sur ce beau podium de Vital Kamerhe. Le secrétaire prenant la parole, il commencera par ces mots en swahili mais que je traduit en français : « Bonjour les enfants de Goma, c’est trop triste ce qu’on est en train de voir dans ce Congo…trop c’est trop…moi je pense que nous sommes au moment où les gens vont marcher sur les cadavres des congolais…nous allons mourir et ceux qui vont rester vont toujours servir le Pays… », un discours très émotif, mais vivement accueilli par la foule qui était impatiente de tout savoir.  Il a affirmé ne pas savoir le pourquoi du débarquement de Vital Kamerhe de son avion a l’aéroport de Ndolo mais aussi de son refoulement de son bureau officiel par les policiers très tot le matin sous ordre du Général Kaniama de la Police Nationale Congolaise donnant a Vital Kamerhe un préavis de 30munites pour quitter une maison qu’il occupe depuis plus de 10ans maintenant..

La Population ecouter la verite par un membre de l'UNC sur la non venue de Vital Kamerhe

La Population écouter la vérité par un membre de l’UNC sur la non venue de Vital Kamerhe

La Population sur le lieu se posait des multiples questions mais sans trouver des réponses : Pourquoi le débarquement de Vital Kamerhe de son avion ?? Est-ce réellement il a été débarqué ou il a fait rater son voyage juste pour peser sa cote de popularité comme l’affirme le porte-parole du Gouvernement Mr Lambert Mende ? Si, c’est vrai il a été débarqué de son avion sous ordres des autorités telles qu’a dit son secrétaire, que bénéficierai ces autorités ? Le dossier est à suivre encore ce dimanche car probablement il a reporte son voyage pour ce dimanche, mais en entendant son procès contre Wivine Moleka continue toujours…de l’autre cote il se passe des choses pas vraiment claires et 2016 s’annonce chaude…..