ASSOCIATION LES MAMANS D’ABORD REVOLTÉE ET CHOQUÉE PAR LA MAUVAISE QUALITÉ DE L’EDUCATION EN RDC

Publicités

Bâtir la Paix au Nord-Kivu ? Oui, Des jeunes peuvent le Faire. Portrait d’un Jeune Leader

Il aime bien les rencontres qui font reflechir des jeunes

Johnson ISHARA BUTARAGAZA, 26 ans, connut à Goma sous le pseudo de « Lumumba », est un jeune qui croit en la Paix. Il s’installe à Goma dès le bas âge, y poursuit ses études primaires et est en train d’y finir l’université. Il s’y intègre très rapidement et débute avec son activisme. Pour lui, l’activisme est son destin de par la signification de ses noms. « ISHARA » qui veut dire ‘merveille’ et « BUTARAGAZA » qui veut dire ‘invincible’. Il se caractérise par un charisme et un fort patriotisme.

Il s’investi tôt dans les activités culturelles du genre géni en herbe, lecture et théâtre dans des mouvements et structures des jeunes. Ce qui lui permit de mieux se découvrir. Il lut un adage d’Albert Einstein qui le révolte et lui donne une autre vision de la vie active: « Ceux qui détruisent le monde ce n’est pas ceux qui font le mal, mais ceux qui regardent sans agir ». Ainsi, il se décide de toujours briser le silence face au mal.

Il mène actuellement un combat pour rassembler les communautés, travaille avec toutes les couches de la population : les jeunes et les vieux pour résoudre ce conflit de génération. Ensemble ils débattent sur des thématiques qui les divisent.

 

« Si à un certain moment on a mobilisé beaucoup d’énergies, beaucoup d’efforts pour enrôler les jeunes dans les groupes armés, on peut aussi mobiliser les mêmes efforts, les mêmes énergies pour arriver à désorienter les canons et les inciter à bâtir la paix », croit fermement Monsieur Ishara.

Johson ISHARA en plein ravail de rensembleur

Il choisit plutôt la voie pacifique ou la non-violence pour bâtir la paix dans cette région où on a déjà mal de la violence. Formateur en matière de résolution des conflits, de leadership citoyen et d’organisation de communautés ; avec son organisation, ils ont réussi à rassembler les jeunes des différents territoires au sein des ‘espaces d’échange et de dialogue permanents’.

Ishara ne recule devant rien malgré les menaces qu’il reçoit et risques qu’il court en parcourant ces villages où règne la loi de la jungle. Actuellement point focal du Club As de la semaine, formateur et assistant technique au Conseil Provincial de la Jeunesse du Nord-Kivu, il lutte pour la justice sociale et la coexistence pacifique.

Son objectif à long terme: « Une province qui n’est plus la capitale des violences sexuelles ou d’enrôlement d’enfants au sein des groupes armés, mais une capitale touristique ». Oui on peut bâtir la paix au Nord-Kivu, avec le courage et la détermination.

 

 

Blaise NDOLA

RDC: Vers une révision constitutionnelle? A Goma, certains étudiants en parlent déjà.

Image

RDC: Vers une révision constitutionnelle? A Goma, certains étudiants en parlent déjà.

Environ deux ans avant à la fin du deuxième et dernier mandat du Président Joseph KABILA, l’heure est à l’agitation au sein de l’opinion publique. Va-t-il réviser la constitution ou la changer pour se représenter aux élections en 2016 ??? L’opposition politique lève déjà le ton contre toute tentative de changer ou de réviser la constitution. Est-ce opportun de changer ou réviser celle-ci ? Si oui, à qui Profite-elle cette révisions? Certains étudiants de Goma donnent leurs avis à ce sujet.

Rappelons déjà que pour calmer les esprits surchauffés, le Porte-parole du Gouvernement, Mr Lambert MENDE a déjà annoncé que le Président Kabila ne pourra pas se représenter aux élections en 2016. Cela rassure-t-il l’opposition politique et la société civile ? Quel qu’un me dira sans mâcher ses mots : « Il a fait la même chose en disant que le gouvernement congolais n’allait pas négocier avec le M23, mais il l’on fat après. Est-ce aujourd’hui que je veux le croire ? ».

« Réviser ou changer la constitution sont deux actes tout à fait légaux dans toute démocratie »: a dit Monsieur Confidence. D’ailleurs notre constitution prévoie qu’elle peut être révisée à son 218eme article. Mais cette disposition souffre d’une exception ; le 220eme article, de l’alinéa 1 à 5 : « La forme de la républicaine de l’Etat, le principe du Suffrage universel, la forme représentative du Gouvernement, le nombre et la durée des mandats du Président de la république, l’indépendance du Pouvoir judiciaire, le pluralisme politique et syndical, ne peuvent faire l’objet d’aucune révision constitutionnelle ».

Les articles 70 et 71 viennent respectivement fixer la durée et le nombre de mandats du Président de la république et le mode de suffrage. Le Président de la république est élu au suffrage universel direct pour un mandat de 5 ans renouvelable une seule foi.

Certains étudiants étaient catégoriques. Eux ils ne veulent pas entendre parler d’une révision ou changement de la constitution même concernant les autres articles que les articles 70 et 71. Ils disent que ce n’est pas opportun, peu importe les motifs ou les finalités. Cela car actuellement la tension est vive au sein de la population et cette nouvelle ne serait pas la bienvenu. Ils ont rappelé une phrase du Président Kabila dans son speech dans une réunion avec sa famille politique : « …Nous ne sommes pas ici pour comploter contre la constitution… ». Bref. Ce n’est pas opportun de réviser ou changer la constitution

« Je suis contre la révision et/ou la modification de la constitution. Je vais voir un Président qui quitte calmement après la fin de son mandat, alternance oblige » : me dira Monsieur Nathan, étudiant en économie sous un ton ferme. Lui il voit derrière toutes ces manœuvres, l’intention d’un Président de se maintenir au Pouvoir. Ce que, la révision de celle-ci profite plus à l’actuel gouvernement.

Quelqu’un me rappel un fait. Dans la constitution de la RDC, il n’est pas autoriser de réviser les articles 70 et 71. Mais si les députés veulent, ils peuvent rédiger une autre constitution et la soumettre au peuple pour approbation par referendum. C’est aussi une voie de contourner l’article 220. Voilà pourquoi lui il appel à la vigilance de la part de la population de ne pas céder aux manœuvres des politiciens et de bien faire entendre leurs voix.

D’autres interpellent les députés de bien jouer leur rôle et de ne pas être complice du malheur du peuple. Réviser certains articles, oui. Car les situations sociaux économique sont dynamique et évoluent. Mais ne trouvent pas opportun de toucher aux articles portant nombre et la durée des mandats.

certains étaient eux d’avis favorable. Selon eux, si l’actuel Président est encore avouer par le peuple au travers ses représentants, il peut toute foi se représenter aux élections de 2016 en révisant les articles 70 et 71. Mais à la question de vouloir savoir de qui provient cette constitution verrouiller en certains endroits.   Ils n’ont pas pu trouver des réponses.

Je tiens à rappeler qu’aucun membre du Gouvernement n’a déjà évoqué officiellement cette optique de réviser ou de changer la constitution. Mais ces rumeurs circulent déjà et tout observateurs averti doit déjà sentir qu’il y a ces intentions la dans le mental des certaines personnes. C’est aussi en ces termes que certains partis d’opposition s’agitent déjà. La politique étant trop dynamique, je me réserve de tirer des conclusions, et laisse le temps faire son job. La vérité est que 2016 s’annonce très mouvementer en RDC, wait and see.