Safer Internet Day ou la journée de l’internet sûr et sans crainte: les enfants en République Démocratique du Congo ne sont pas protégés sur Internet.

Tous les 6 février, le monde entier célèbre la journée de l’internet sans crainte. Une occasion pour plaider en faveur d’un internet meilleur en encourageant les bonnes pratiques et condamnant les mauvaises. En cette occasion, j’ai conduit une séance de discussion sur la « présence en ligne ». Il aurait fallu parler des dangers et menaces qu’il y a sur internet pour qu’en fin je réalise combien les internautes congolais sont orphelins sur internet, surtout les moins âgés. Les enfants sont jetés dans ce grand océan où seuls les plus forts et avisés survivent. Aucune loi, aucun mécanisme à ma connaissance ne protège ni n’éduque les enfants congolais sur internet. Il faut agir pour espérer un internet meilleur.

@BlaiseNdola

Des jeunes congolais à la #SaferInternetDay2018 à #Goma #RDC

Cette année, 2018, le thème était, « Un meilleur internet commence avec vous ». Les internautes réfléchissaient sur les pratiques à encourager pour l’avènement d’un internet meilleur. Dans plus de 180 pays, le Safer Internet Day a été célébré sous différents formats avec comme cible principale, les jeunes et les enfants. À Goma, en RDC, Rudi International a organisé une journée de réflexion avec des jeunes et enfants venu des écoles et des universités de la place pour réfléchir sur la présence en ligne. L’objectif était de savoir ce que les jeunes et enfants font le plus souvent en ligne, de sensibiliser ces derniers sur les menaces et les opportunités qu’il y a en ligne, de leur apprendre quelques règles de précaution pour se protéger en ligne et en fin de les appeler à ne privilégier que les bonnes pratiques dans leur utilisation d’internet.

@BlaiseNdola entrain de parler aux jeunes de #Goma en #RDC en l'occasion de la #SaferInternetDay

J’ai été particulièrement surpris par les interventions des plus jeunes. Deux enfants, que j’appelle Luc et Lucienne vont faire ma journée. Ils ont tous deux en moyenne 14 ans et utilisent déjà internet. Sur la première ligne à ma droite, Luc, son badge sur le cou et stylo en main prenant notes attire mon attention. Je me tourne vers lui et lui demande ce qu’il fait sur internet.  Il dépose son stylo et me fixe sans hésitations : « Je fais des recherches pour mes devoirs, trouver des informations sur me stars de foot et de musique ainsi que tout ce que je veux ». Je me dis qu’il faut être plus direct peut-être. Lucienne était presque dans la même position que Luc mais à ma gauche, avec elle je suis direct : quand tu tombes sur du contenu adulte « pornographique» sur un site web, quelle est ta réaction?  Elle était aussi directe : « normal, je vais visualiser». Puis elle renchérie : « je ne trouve pas de danger vu qu’on en parle même à l’école entre amies et pendant le cours d’éducation à la santé, je pourrai donc voir ce que l’on nous enseigne ». Cette dernière m’avait mis k.o, mais je devrais tenir et conduire la séance jusqu’au bout.

Deux enfants mineurs congolais utilisant internet. Credit Photo Daniel Bitita, Rudi International

Même en parlant d’autres sujets dans la suite, au fond de moi, je ne cessais pas de penser à tous les enfants qui peuvent accéder à toute sorte de contenu en ligne. Un autre fait, aucun de ces enfants ou jeunes n’étaient pas pour l’idée de laisser leurs ‘’responsables » contrôler le contenu auquel ils accèdent sur internet. à l’ère du terrorisme, de l’exploitation sexuelle et diversification des choix et orientations sexuelles sur internet, les enfants, encore incapables de faire des choix réfléchis sont les premières cibles de toute sorte de prédateurs. Je suis pour l’accès à tous à internet, mais pour le contrôle du contenu auquel accèdent les enfants. La communauté des internautes fait tout pour rendre cet espace meilleur, mais les futures générations devront y participer. Malheureusement, en République Démocratique du Congo, il n’existe pas des mécanismes protégeant les enfants en ligne. Ils sont à la merci de l’internet et sont nécessairement influencés par son contenu. Les textes régissant les secteurs des NTIC au Congo sont vieux de 16 ans et muets quant aux aspects liés à la protection des enfants en ligne malgré toutes les conventions protégeant l’enfant dont la RDC fait partie.

Il faut sauver la future génération des internautes congolais des griffes des prédateurs internautes.  sous d’autres cieux les enfants sont protegés et sont avisés sur les questions de securité en ligne. Mais comment rendre cela une priorité?

Blaise Ndola

Publicités

Débat autour de la protection de la vie privée et des données privées en ligne dans le contexte RD Congolais. Des victimes de la technophobie? Protégeons nos données.

IMG_4015

La question de « vie privée » sur internet fait la une actuellement en République Démocratique du Congo. C’est quoi la vie privée ? Qui viole la vie privée de qui ? Qui rend publique cette « vie privée » ? Récemment la toile congolaise a été animée par des sextapes, photos et vidéos « intimes » des personnalités politiques et de la société civile tout comme des simples citoyens. Les victimes, encore qu’il faille relativiser leur degré d’implication et/ou de vulnérabilité, ont donné des explications. Que ces dernières soient fondées ou pas, loin de là est ma préoccupation. Une chose est sûre, tout ceci, fait revenir sur la table le débat autour de la protection de la vie privée en ligne et de la protection des données tout court dans le contexte congolais avec un taux de pénétration d’internet encore inférieur à 5%.

BlaiseNdola

C’est quoi la vie privée ?

Loin de moi l’ambition de vous plonger dans le débat des concepts et encore pas celui de la morale ou des bonnes mœurs. La tendance générale qualifie les données privées toutes ces informations ou correspondances que l’on préfère ne garder que pour soi ou avec la personne dont on partage une certaine intimité.  Ces données constituent donc la vie privée. Cette partie de sa vie que l’on ne veut pas rendre publique pour une raison ou une autre raison.

C’est sont par exemple ces sextapes faites pour « usage personnel », photos montrant des parties intimes du corps, des mots de passes des comptes et cartes bancaires codes secrets de transfert d’argent, correspondances ou informations personnelles qui sont transférés par le canon de l’internet ou alors stockés sur internet, dans des téléphones et ordinateurs.

Qui viole la vie privée de qui et pour quoi ?

Un hacker peut souhaiter accéder dans un compte pour intercepter des transferts d’argent ou tirer des informations privées et correspondances à utiliser pour un chantage.

Aussi, le propriétaire des données par imprudence ou par manque d’informations peut être lui-même à l’origine de la violation de sa vie privée ou lors peut la faciliter en exposant ses données privées.

Quelques astuces élémentaires pour protéger sa vie privée sur internet ?

Digital Security posts

Le cryptage de votre téléphone, tablette, ordinateur ou correspondance vous permet de protéger vos données privées en ligne et hors ligne. Il est difficile de tirer le contenu d’un support ou d’une correspondance crypté sans en avoir la clé de décryptage.  La majorité des victimes des sextapes et photos intimes publiés sur internet disent avoir perdu leurs téléphones dans lesquels se trouvaient ces fichiers « intimes » ou qu’un « man in the middle » aurait intercepté l’envoie de ces fichiers au vrai destinateur.

Parlant des mots des passes, il ne faut pas autoriser au navigateur de les enregistrer, et ce, même si le support utilisé pour se connecter vous appartient. Au delà d’avoir un mot de passe fort, c’est-à-dire une combinaison des lettres majuscules et minuscules, des chiffres et des signes, il ne faut pas autoriser le navigateur à le retenir. Pensez aussi à toujours avoir une méthode double authentification pour vos comptes ou une authentification combinant au moins deux mécanismes différents ; le savoir et l’être au besoin (le mot de passe et la biométrie par exemple) pour vos ordinateurs, tablettes ou téléphones.

Ayez assez de temps ou soyez calme quand vous naviguez pour éviter de tomber dans les pièges sur la toile. Tout fichier ou pièce jointe n’est pas à télécharger, de peur de télécharger un virus ou tout autre logiciel espion. Ces fichiers proviennent souvent des inconnus et sont en extension « .exe ». Il faut donc connaitre ses interlocuteurs.

Avant d’utiliser un navigateur ou lors de l’installation d’une application, veuillez lire la politique de confidentialité et ainsi savoir quelles informations et données vous autorisez l’application ou le logiciel à recueillir sur vous. Pendant votre navigation, évitez d’autoriser l’installation des cookies.  Ces cookies retiennent l’historique de votre navigation au profit du propriétaire du site web. C’est ainsi, que vous recevez que des publicités taillées sur votre mesure, ce n’est pas donc de la magie, mais le site vous connait bien. Il faut aussi  vous rassurer d’utiliser un protocole sécurisé. Pour le protocole HTTP,  il faut vérifier si la clé de sécurité « SSL » est bien là. Pour encore être plus anonyme, privilégiez les logiciels et moteurs de recherches libres.

Si par mégarde, vos informations privées se retrouvent exposées par un moteur de recherche vous pouvez demander ce dernier à les supprimer en exerçant votre droit à l’oubli. Il faut donc souvent vérifier vos informations disponibles en ligne, celles qui constituent votre e-citoyenneté régulièrement. Cette possibilité doit être votre dernier recours, car les grandes entreprises ne répondent pas favorablement à toutes les demandes.

Blaise Ndola