RDC: la gestion opaque des entreprises et ses conséquences

Plus de six ans aujourd’hui que la notion de l’ouverture des données publique est d’actualité dans le monde pour promouvoir le développement, la démocratie participative, la transparence, l’accès des citoyens à l’information et le sens de la redevabilité.

La RDC traîne encore les pas à adhérer au Partenariat Gouvernement Ouvert. Ce partenariat encourage les États à rendre publiques les données et à appeler tous ses partenaires à faire la même chose.une jeune fille utilisant son ordinateur. Credit Photo Rudi International

 

Cette opacité au tour de la gestion des entreprises constitue un engrais pour la croissance des anti-valeurs tels que la fraude fiscale, le détournement, l’abus de pouvoir, l’instrumentalisation de la justice, etc. De l’autre coté, l’absence de l’ouverture des données ne nous permet pas, nous « société civile » de bien orienter nos actions et demandes. Ainsi, nous pouvons demander beaucoup de  l’État alors que ce dernier ne saurait peut-être pas répondre à notre demande, même avec des raisons valables.

Je remarque cette opacité dans la gestion tant des entreprises du secteur publique que celles du secteur privé. Les recettes des entreprises publiques génératrices des revenus demeurent un mystère pour l’opinion publique. Les taxes, impôts, bénéfices des entreprises du secteur privé sont malheureusement aussi pour la plupart couverts du grand secret.

Il y a lieu de se demander ce qui se cache derrière cette opacité érigée en mode de gestion.

Ces pratiques font perdre plus qu’elles ne font gagner rien à l’État et elle éloigne ce dernier de plus en plus nous, sa population, qui restons sous informés des moyens de notre État.

Un cas très frappant et qui fait actualité, malgré toutes les restrictions au droit à l’accès à l’information sur cette affaire est le procès entre les deux partenaires de Vodacom Congo, le Congo Wirless Network (CWN) et Vodacom International. Les deux associés sont dans une bataille juridique depuis une longue période. L’un, « le CWN » {Actionnaire minoritaire avec 49 % des parts}, dénonce l’opacité dans la gestion financière par l’autre «Vodacom International » qui est l’actionnaire majoritaire {Elle détient 51 % des parts et conduit le comité de gestion}. La CWN voudrait un audit externe de Vodacom RDC, car selon elle, elle a enregistré un déficit de 600 millions des dollars depuis 2005 et n’aurait pas accès à ses comptes. Vodacom Congo SA  ne veut pas de cet audit et aurait même falsifié une décision de la cours autorisant l’audit. Je suis tenté de comprendre que Vodacom Congo SA  n’enregistrerait que des pertes depuis 2005.

Je ne sais pas trop ce qui se passe, une simple ouverture régulière des données financières par la Vodacom Congo SA  mettrait fin à cette polémique, qui peut être vraie ou fausse. Vodacom Congo SA  devrait ainsi survivre et mériter à nouveau la confiance de ses clients en faisant éclater la vérité.

Blaise Ndola

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s